Forum de lutte contre la pauvreté, Bruxelles, 2014, 73p.

Le 17 octobre 2014, le Forum bruxellois de lutte contre la pauvreté organisait un colloque ayant pour thème l’innovation sociale. En lien avec cet événement, il a publié un document inventoriant 34 actions initiées par des acteurs bruxellois, des actions exemplaires et remarquables par leur originalité et leur inventivité mises au service de l’action sociale et de la lutte contre la pauvreté. Le but de cette édition disponible en ligne est de polliniser les bonnes idées et d’encourager tout acteur à proposer des solutions adaptées aux besoins de la Région.

Bruxelles : des besoins criants dans un contexte d’étiolement de l’Etat providence

Un tiers des Bruxellois vit sous le seuil de pauvreté, un quart reporte des dépenses de soins de santé et on comptabilise au minimum 2.000 sans-abris sur le territoire de la Région. Dans un monde en perpétuelle mutation, dans un contexte où les filets de protection sociale s’amenuisent continuellement, dans une ville-région marquée par une forte dualisation sociale, dans un territoire où les besoins des personnes pauvres sont de plus en plus nombreux, il y a une absolue nécessité d’innover.

Un tissu associatif important

Heureusement, un important tissu associatif bruxellois faisant preuve d’une grande inventivité existe. Sans pour autant légitimer le recul de l’action de l’Etat, celui-ci propose au quotidien de nouvelles approches (outreach, housing first…), identifie de nouveaux besoins et de nouveaux modes d’intervention, suscite des collaborations entre secteurs d’activité, met en œuvre des actions à partir de systèmes alternatifs (notamment en matière de financement).

Des fiches action

Le document se compose de 34 fiches numérotées exemplifiant chacune une pratique innovante répondant à une problématique particulière. Les thématiques, le public-cible, les protagonistes du projet, la date du début du projet sont directement identifiables sur la fiche (qui prend place sur une double page). Le projet est ensuite décrit à partir du besoin auquel il répond, puis à travers les moyens qu’il mobilise, la méthodologie utilisée, les résultats qu’il engendre… La fiche met, enfin, en évidence en quoi le projet se montre innovant.

Trois exemples

Pour ne citer que trois exemples, nous mentionnerons le projet Métro-liens par Diogène (fiche n°2), la Plate-forme d’approvisionnement pour l’aide alimentaire par la Fédération des services sociaux (n°23) et le projet Un logement décent, c’est un tremplin pour la vie par Renovassistance (n°30).

Le premier projet, porté par une association travaillant avec des sans-abris, tente de connecter les différentes catégories de personnes se partageant l’espace des stations de métro de la ville : sans-abris, voyageurs, commerçants n’ont pas toujours des visions convergentes. Le deuxième projet développe un mode de financement alternatif pour l’achat de denrées au bénéfice de l’aide alimentaire, également dans un souci d’avoir une offre de qualité. Le troisième, pour répondre à une offre de logements sociaux insuffisante, propose à des propriétaires la réparation et l’entretien de logements insalubres et non-loués ainsi que leur mise en location à un prix accessible pour des familles pauvres.

De la promotion de la santé ?

Ces trois exemples lèvent un coin du voile sur la richesse et la diversité des modèles proposés. En tant qu’organisme adhérant aux fondamentaux de la Charte d’Ottawa, il ne nous a pas été difficile de retrouver à la lecture de ces actions un socle philosophique commun aux démarches de promotion de la santé : volonté de partir des besoins, association de différents secteurs, implication des publics, visée de réduction des inégalités sociales... De notre point de vue, ce document peut donc constituer un guide de promotion de la santé dans le sens où il trace une voie pour agir de manière pertinente sur les déterminants sociaux de la santé. Il est toutefois important de ne pas oublier que des politiques structurelles doivent accompagner ce type d’action pour faire en sorte que la réduction de la pauvreté s’inscrive dans une dynamique durable.

 

Télécharger l'inventaire

Outils pédagothèque

Infos pratiques

Heures d'ouverture

Le centre de documentation est ouvert le lundi, mardi, mercredi et vendredi de 9h30 à 16h30
ou sur rendez-vous au 02/558 88 11
ou cdoc@cultures-sante.be

Fermé le jeudi

Cultures&Santé asbl
148 Rue d’Anderlecht
B-1000 Bruxelles

Location/caution

Ouvrages
Location : 0,50 €/3 semaines
        
Livres jeunesses
Location  gratuite/3 semaines
Caution 10 € le livre
        
Outils pédagogiques
Location gratuite/2 semaines
Caution entre 5 et 100 €/l'unité
        
 Matériel 3D
 Location entre 2 et 5 €/1 semaine
 Caution entre 5 et 50 €/l'unité