La revue Santé Publique consacre ce numéro supplément à l’éducation pour la santé. Temps d’arrêt pour faire le point ou plaidoyer en faveur de la sauvegarde d’un champ d’action qui semble en manque de légitimité et de moyen? Quoi qu’il en soit, le lecteur y trouvera, sur plus de 150 pages, un tour d’horizon particulièrement riche d’un point de vue historique, conceptuel, politique, méthodologique et "géographique"… de quoi alimenter nos pratiques et réflexions, de quoi rendre – ou peut-être enfin donner - ses lettres de noblesse à l’éducation pour la santé.

La revue analyse les évolutions de l’éducation pour la santé, objective ses réalités et la diversité des pratiques actuelles autour de 4 parties:

  1. L’évolution éthique, historique et politique de l’éducation pour la santé [en France]
  2. Les enjeux conceptuels et méthodologiques de l’éducation pour la santé
  3. Quatre éclairages internationaux sur l’éducation pour la santé [dont la Belgique]
  4. Pratiques d’éducation pour la santé : des approches populationnelle par milieux de vie, au service de la qualité des actions

Les évolutions éthiques et politiques en France, au cours de l’histoire, auront eu un impact certain sur les pratiques et les enjeux liés à l’éducation pour la santé aujourd’hui.

L’analyse de l’éducation pour la santé, au regard des quatre principes de base qui sous-tendent la réflexion éthique, amènera le lecteur à revoir les limites de la bienfaisance qui lui est accordée naturellement (on agirait toujours pour le bien de l’autre). Mais qu’en est-il des dérives courantes telles que l’ingérence et la prescription de normes, la stigmatisation ou encore la sur-responsabilisation (ou le "victim blaming").

L’éducation pour la santé, au fil du temps, aura vu naître, en France, l’INPES et les Agences Régionales de Santé, l’éducation thérapeutique – aujourd’hui en plein développement - donnant au paysage actuel sa couleur parfois bien morne (la mort progressive de ces mêmes ARS). Ce regard sur l’histoire et les évolutions politiques (en termes d’activités, de lois et de décrets, de contextes d’intervention) apporte des clés de compréhension de la situation actuelle.

Les enjeux conceptuels et méthodologiques de l’éducation pour la santé rappellent la nécessité d’inscrire les pratiques dans une perspective de promotion de la santé.

Une tendance s’observe actuellement à vouloir rapprocher l’éducation pour la santé de sa voisine l’éducation thérapeutique. Qu’ont-elles en commun, si ce n’est l’éducation? Quels en seraient les risques quand on sait que tous ses fervents défenseurs (et acteurs) relèvent la nécessité de l’inscrire dans une perspective de promotion de la santé, de lutte contre les inégalités sociales de santé, défendant l’idée d’une action sur les déterminants de santé et non plus sur les comportements individuels.

Des éclairages sur l’éducation pour la santé, au Québec, en Communauté Française de Belgique, au Brésil et en Amérique latine ouvrent de perspectives et posent de nouvelles questions.

Bien qu’il soit davantage question de promotion de la santé en Belgique, l’avenir n’y est guère plus prometteur ni réjouissant au regard des prochains changements liés à la Réforme de l’Etat. Le Québec pose la question des limites des actions sur les environnements oubliant parfois ou déresponsabilisant totalement l’individu dans un paysage « santé » où la société dépersonnalisée est responsable de tout. Un petit détour par l’Amérique latine retrace l’émergence de l’éducation pour la santé, dans les mouvements d’éducation populaire, initiés notamment par Paulo Freire.

Le supplément s’achève sur un partage de pratiques et d’actions de terrain en éducation pour la santé qui se distinguent par leur rigueur méthodologique, leur souci d’évaluation et leur volonté de réduction des inégalités sociales de santé voire de leur inscription dans une perspective de promotion de la santé.

De quoi sans doute nous montrer que l’éducation pour la santé n’est pas morte même si certains dans ce numéro évoquent déjà le "silence prochain de son grand cimetière".

 

>> Accéder aux articles (payant)

 

Outils pédagothèque

anniversaire2

Infos pratiques

Heures d'ouverture

Le centre de documentation est ouvert le lundi, mardi, mercredi et vendredi de 9h30 à 16h30
ou sur rendez-vous au 02/558 88 11
ou cdoc@cultures-sante.be

Fermé le jeudi

Cultures&Santé asbl
148 Rue d’Anderlecht
B-1000 Bruxelles

Location/caution

Ouvrages
Location : 0,50 €/3 semaines
        
Livres jeunesses
Location  gratuite/3 semaines
Caution 10 € le livre
        
Outils pédagogiques
Location gratuite/2 semaines
Caution entre 5 et 100 €/l'unité
        
 Matériel 3D
 Location entre 2 et 5 €/1 semaine
 Caution entre 5 et 50 €/l'unité